06 59 42 11 67

contact[at]espace-elemental.com

La lune a rendez-vous avec le soleil : les masques que nous portons tous et le miroir inversé– Partie II

La lune a rendez-vous avec le soleil : comment et pourquoi les hommes cachent-ils leurs émotions – Partie I

Dans l’article ci-dessus, j’abordais le thème d’un masque bien spécifique que l’on attribue le plus souvent à la partie masculine, tout en clarifiant que nous sommes tous dotés d’une part masculine et d’une part féminine en lien avec nos lignées.

Nous avons exposé dans le premier article, les raisons profondes qui empêchent les hommes de parler et d’exprimer librement leurs émotions.

Ce deuxième article est consacré aux masques que nous portons tous hommes et femmes dans un but de nous protéger face à notre vulnérabilité.

La part féminine est en miroir de la part masculine, alors même si nous aimerions bien repousser la faute sur ces messieurs, nous allons voir que nous ne voyons bien souvent chez l’autre que le reflet en miroir inversé de notre propre masque.

Allez c’est parti !

Miroir, miroir …dis-moi que je suis la plus belle !

La formule magique pour que Sésame s’ouvre : autant de possibilités de masques, autant d’attitudes défensives !

1-Les masques d’anti-virilité, le doux, le charmeur, la victime, le séducteur, le clown. Les hommes qui adoptent ce type de masques expriment peu leur agressivité car celle-ci les culpabilise. Cette culpabilité remonte à l’activisme des féministes qui pensaient trouver plus d’égalité et de liberté en dénonçant les actions dominatrices et violentes des hommes et confère aux hommes l’interdiction d’être un homme en toute liberté et avec plaisir.

Afin de remettre les pendules à l’heure, il est indispensable de discerner les attitudes machistes des hommes dans leur globalité ! Le jeu des masques en miroir ….

Dans cette catégorie, je vais développer le masque du doux. Il est un homme qui se sent facilement coupable de la souffrance des autres, particulièrement de celle des femmes, et encore plus après avoir posé un geste ou dit une parole déclencheurs. Il affiche une apparence peu virile et met l’accent sur la douceur pour montrer qu’il n’est pas menaçant comparé aux autres hommes, son père en particuliers. Il a souvent lui-même une difficulté à se protéger et à se défendre de la violence, ce qu’il cache. Ce type d’homme a également souvent de la difficulté à ressentir son désir sexuel ou à le vivre dans sa relation.

Il se castre lui-même de son potentiel de désirs en se centrant plus sur l’autre que sur lui. La culpabilité castre son désir qui annihile son potentiel de plaisir, ce qui peut chez lui créer un doute sur son orientation sexuelle. Son attirance éventuelle vers d’autres hommes peut avoir pour objectif de lui permettre de retrouver l’homme perdu en lui. Ce masque est un moyen créateur de survie psychique servant à retrouver son identité perdue et aussi son besoin de protection. En se coupant de son agressivité, il se dissocie de sa capacité à s’affirmer et à se défendre. Il pourra devenir très difficile pour lui de développer une relation amoureuse sous le signe de la parité. Silencieux et timide, se sentant inférieur, il tentera de se faire une place en adoptant un masque de dureté pour cacher ses peurs, ses doutes, sa culpabilité et sa douceur, sentiments qui pourraient lui attirer le rejet. Sa sexualité peu satisfaisante peut le conduire, à défaut, à fantasmer et à une vie sexuelle clandestine.

2 – Les masques d’anti-émotivité, le superficiel, le mystérieux sage, le supérieur, le rationnel

Dans cette catégorie, je vais développer le masque du rationnel. Ce masque est souvent adopté par l’enfant qui a possiblement été témoin du côté sombre des émotions (traumatisme, dépression, etc..) ce qui a renforcé l’idée en lui qu’être émotif, c’est être malade ! Il a possiblement grandi dans un milieu où le contrôle émotif et la rationalisation froide devant l’émotivité étaient valorisés en tant qu’indice de maturité.

L’homme qui porte ce masque se montre imperturbable, calme et toujours en contrôle de ses émotions. C’est pourquoi il sera démuni devant ses difficultés émotives et relationnelles et qu’il aura tendance à vouloir les résoudre avec sa raison. Ceci risque de le maintenir dans une grande solitude et impuissance face à ces thématiques. Il se démarque par ses qualités intellectuelles. Sa masculinité est associée au fait qu’il n’a pas d’émotions car celles-ci sont l’affaire des femmes. Laisser paraître son émotivité serait une humiliation. Il présente souvent une apparence très soignée.

Il est convaincu que les émotions n’ont aucune prise sur lui, ce qui signifie qu’il se coupe de ses émotions parce que tous les êtres humains ont des émotions. Face à des émotions, il suggère subtilement que c’est l’autre qui a quelque chose qui ne va pas et il devient alors incapable d’entendre cette personne. Ceci peut entraîner l’installation d’une relation de pouvoir et d’éloignement.

3 – Les masques de dureté, l’infaillible, l’insensible, le dur.

Dans cette catégorie, je vais développer le masque du dur. Ce masque est souvent choisi par l’enfant qui a été humilié à des degrés divers, plus particulièrement dans sa sensibilité et dans ses peurs. Il vivait certainement dans un milieu ou l’affirmation était valorisée : »Allons donc, tu n’es pas une tapette ! », encouragé par son entourage à s’endurcir. L’adulte se sent aujourd’hui valorisé lorsqu’il est dur !

L’homme qui porte ce masque provient habituellement d’un milieu où le puissant  était le héro ! Le père s’affirmait haut et fort, les frères aussi. Il est prêt à des actes violents pour montrer sa virilité. Ce, à des niveaux différents bien sûr !

En résumé, les masques d’anti-virilité servent à cacher toutes les émotions reliées à la virilité et ce, pour éviter de ressentir de la culpabilité qui peut les amener vers une pulsion de mort.

Les masques d’anti-émotivité sont reliés au refoulement de toute émotivité, associée à de l’immaturité, de la faiblesse, des histoires de femmes. Ces hommes sont coupés de leurs émotions.

Les masques de dureté survalorise l’agressivité. Ceux qui portent ce type de masque font en sorte de ne jamais ressentir de culpabilité et luttent contre les émotions qui les rendraient vulnérables.

Ou en êtes-vous mesdames ? Voyez-vous votre masque dans le miroir du faux self ? Êtes-vous vraiment ces êtres fragiles qui attendent le prince charmant ?

Vous m’accorderez que cette question est justifiée, n’est-ce pas ? D’abord parce que les petites filles n’échappent pas non plus aux conditionnements de l’enfance, mais également parce que nous portons, comme tous les êtres humains, une part féminine et une part masculine en nous !

A mon avis, les masques masculins se répètent et se transmettent dans les lignées masculines. Alors, mesdames quel était le masque de votre père et de votre grand-père qui a marqué votre part masculine et votre vie aujourd’hui ? A méditer !

Un masque peut en attirer un autre ! Serions-nous tous masqués ? Ce thème ramène le thème de l’interdépendance sur le devant de la scène si je puis dire, car nous sommes tous des pros de la comédie humaine ! Consciemment ou inconsciemment ? Le masque cache les parts de peur en nous que nous n’affrontons pas.

Tout comme certains animaux vont changer de couleur pour se protéger et survivre, nous adoptons des masques de survie transmis de génération en génération. En avons-nous encore vraiment besoin ? Ne sortons-nous pas de l’ère de la prédation ? Ne serait-il pas temps de travailler sur soi et sur ses lignées pour revenir à plus d’authenticité ?

Surtout ne serait-il pas temps de réintégrer la valeur créative de notre vulnérabilité ? Plus nous serons nombreux à conscientiser et revendiquer le droit à être nous-même en tant qu’être humain et plus nous aiderons nos enfants à être des êtres humains qui intègrent leur vulnérabilité et l’entièreté du spectre humain détaché des conditionnements imposés par une société hypocrite et contrôlante.

Allez au travail ! Osons la transformation ! Osons être différents !

Avons-nous réellement besoin de cacher tout cela ? En tout cas, la réflexion en vaut la chandelle ! 

Auteur Muriel Gaillard Energéticienne (article tiré de « Devenir un homme vrai, plutôt qu’un vrai homme » de Yvan Phaneuf

Accompagnements en développement personnel, www.espace-elemental.com

Love coaching énergétique : https://www.youtube.com/channel/UCo8UHgv1RK1nf_R3wgKQ2Kg